Appel à enseignants/intervenants

September 26, 2012 § 2 Comments

Pour Mozilla, l’année universitaire 2012-2013 est l’année de Firefox OS, l’année des Open Web Applications et l’année à laquelle la communauté Mozilla lance sa campagne de libération des téléphones et applications portables !

Nous avons besoin de vous pour enseigner les technologies des Open Web Applications aux communautés francophones.
L’objectif des cours est de former des étudiants ingénieurs ou équivalents aux technologies nécessaires pour le développement ouvert d’applications web ouvertes. Nous cherchons notamment des enseignements sur les sujets suivants :
  • JavaScript avancé (clôtures, événements, prototypes, itérateurs/générateurs, timeouts)

Déroulement des cours

Autant que possible, les cours seront donnés en français face à une classe de MIAGE de  l’Université d’Évry, où ils seront aussi enregistrés. Les cours seront mis à disposition de toute la communauté Mozilla francophone dans le cadre de Mozilla Education. Les documents correspondants seront eux-mêmes mis à  disposition sous licence libre sur github.
Si  vous ne pouvez pas vous rendre à Évry, mais si vous pouvez enregistrer des cours par vous-mêmes, n’hésitez pas à nous contacter. Nous mettrons vos cours à disposition du public francophone.
Si vous avez d’autres idées, n’hésitez pas à nous les proposer. En ce moment, nos capacités d’enregistrement sont limitées mais nous ferons notre possible pour enregistrer et mettre votre cours à disposition.

Pour participer

  • Si vous pouvez assurer ces cours (entièrement ou en partie), suivez les liens ci-dessus
  • Pour proposer d’autres cours que vous pouvez vous-même assurer, ajoutez la description de vos cours sur https://github.com/Yoric/Mozilla-Courses/issues (cliquez sur “New issue”). Précisez si vous avez des contraintes géographiques ou besoin de matériel spécifique.

Et après ?

Notre objectif est d’étendre cette initiative hors de la région parisienne et surtout hors de France. Nous espérons notamment pouvoir organiser des cours en Afrique Francophone. La suite au prochain épisode !

 

 

 

Advertisements

Cent mille voix pour la formation des enseignants

January 23, 2010 § Leave a comment

Comme beaucoup d’entre vous le savent, l’année 2009-2010 a été rude dans les écoles, les collèges, les lycées les universités et les instituts de recherche de France. Du côté des enseignants, des chercheurs, des personnels administratifs et techniques et des parents d’élèves, il s’agissait de défendre le système contre sa casse systématique et organisée au profit du secteur privé. Du côté ministériel, il s’agissait de prononcer quelques bonnes paroles, de diviser pour régner, de salir tous ceux qui consacrent leur vie à former les enfants des autres ou à concevoir les savoirs de demain, de supprimer progressivement la formation des enseignants, de couper le plus possible de postes dans les établissements, de cesser de régler les factures, et plus généralement d’organiser la transition vers un système du tout-privé.

Comme beaucoup d’entre vous le savent, une année de lutte entière — dont la grève universitaire la plus importante depuis le XIIIeme siècle, pardonnez du peu — n’a servi à rien. Quelques belles paroles et le rouleau compresseur a repris, sans négociations, sans compromis et sans respecter la moindre promesse.

Il est encore temps, peut-être, de sauver quelques meubles. C’est en tout cas ce que pense la Coordination Nationale pour la Formation des Enseignants, qui vient de lancer une pétition. Cette pétition rassemblent les signatures de tous ceux qui estiment que la France doit continuer à former la formation des enseignants — rappelons que cette formation est presque abolie à partir de cette année. Si vous avez des enfants, si vous comptez en avoir ou si vous pensez que les enfants des autres doivent avoir des professeurs formés, je vous suggère de la signer. Je viens de le faire moi-même.

Fin des cours

April 23, 2009 § 2 Comments

Note : Ce billet est écrit au 80ème jour de grève des universités. Malgré l’opposition de la quasi-totalité de la communauté universitaire, le gouvernement vient de faire passer les décrets d’application qui permettent de transformer arbitrairement et sans justifications un enseignant-chercheur en enseignant pur. Manifestement, le gouvernement n’arrive pas à comprendre le danger pour le monde de la Recherche en France. Simultanément, le gouvernement vient d’annoncer que, puisqu’il était impossible de procéder à la réforme de l’enseignement primaire et secondaire sans violer ses propres décrets, il allait les ignorer totalement. Une fois que le choc sera passé, attendez-vous à des réactions. Attendez-vous à une grève de la Recherche, des publications, des brevets, des contrats, des évaluations. Attendez-vous à des difficultés lors des examens et du baccalauréat.

Là où les chasseurs de tête avaient échoué, le gouvernement vient de réussir : j’ai donné hier mon dernier cours.

Puisque le gouvernement préfère manifestement économiser sur le dos de la Recherche, j’ai fini par accepter un poste dans le secteur privé, poste dans lequel je devrais être en mesure de poursuivre mes travaux sur les liens entre sémantique informatique, sûreté, sécurité, langages fonctionnels et parallélisme.

Si ce nouveau poste devrait m’apporter plus de liberté, ainsi que des étudiants et des ingénieurs pour participer à mes recherches, j’ai le cœur lourd d’avoir été contraint à quitter le système universitaire, auquel je suis profondément attaché, pour pouvoir faire mon travail.

Sauf accident, à partir du premier septembre 2009, vous pourrez me trouver chez MLState.

Last lecture

April 22, 2009 § 4 Comments

Note: This post is written on the 79th day of strike of Universities. Despite the overwhelming consensus against these bills, the government has just passed the application decrees implementing the possibility of arbitrarily increasing the teaching charge of researchers, without need for any justification. The government obviously fails to see how much this will hurt Research. Simultaneously, the government has announced that, since the reform of primary and secondary schools cannot proceed in compliance with the government’s own decrees, it will simply proceed illegally. Once the shock is gone, expect increased strike actions. Expect Resarch strikes on publications, on patents, on contracts with the government or French companies. Expect difficulties with baccalauréat, exams and degrees.

Where headhunters had failed, the government has finally succeeded. Today was my last lecture.

As the government obviously doesn’t want Researchers to have the means and time to undertake Research, I have accepted a position in the private sector, where I should be able to pursue my work on semantics, security and functional concurrent/distributed programming languages.

While I’m glad to start in a position where I will have both more leeway and both students and engineers to work with me, I am saddened that the situation had to reach the point where I felt I had no choice.

Barring any accident, starting September 1st, you will be able to find me at MLState.

Universités : Ce printemps, la mode est à la grève

April 9, 2009 § 3 Comments

Note Ce billet est écrit au 67ème jour de grève des universités. Le gouvernement refuse toujours de négocier et s’avère de plus en plus violent : dernièrement, on a vu les forces de police charger violemment des étudiants et des enseignants-chercheurs parfaitement pacifiques pour les empêcher de sortir de leur campus et de rejoindre une manifestation. On a aussi vu le gouvernement proclamer le résultat d’un vote universitaire électronique près d’une semaine avant que le vote n’ait lieu. De nouvelles formes de contestation continuent à voir le jour. Attendez-vous à de la musique de rue, à du théâtre de rue, attendez-vous à des cours universitaires dans le métro, à des fausses contre-manifs et à des oraisons en grec. Attendez-vous aussi à des blocages de baccalauréat.

Il y a bientôt deux mois, l’université d’Orléans introduisait une collection peut-être un peu osée pour l’hiver, avec notamment des pancartes, des banderoles et quelques T-Shirts tels que :

Voici maintenant le grand début de la collection printemps :front1back

La ligne est prévue pour être portée tous les jours, dans la rue, dans les transports, dans les gares et peut-être même en cours. Des défilés de mode seront aussi organisés, à raison de un par semaine jusqu’à ce que le gouvernement accepte de négocier.

Vous aussi, vous souhaitez porter ces T-Shirts ? Alors voici tous les fichiers nécessaires pour pouvoir les imprimer. Vous pouvez les considérer étant dans le domaine public.

Les tubes d’avril

April 7, 2009 § Leave a comment

Note Ce billet est écrit au 65ème jour de grève des universités. Le gouvernement refuse toujours toute négociation et préfère les calomnies et les menaces administratives et physiques. Ceci est un appel au gouvernement : pour le moment, le mouvement est tenu par les pacifistes. Plus vous ignorez leurs revendications, plus vous les insultez, plus vous les humiliez, plus ils vont se retirer et céder la place à ceux qui sont prêts à faire ressortir leur frustration d’une manière beaucoup moins contenue que la nôtre. Nous tiendrons jusqu’au bout de nos forces mais il faudrait que vous preniez conscience de ce qui attend les rues de France lorsque vous serez arrivés à tous nous arrêter, nous envoyer à l’hôpital ou tout simplement à l’étranger.

Dans le domaine de la contestation, il y a de nombreuses manières de jouer l’escalade. Il y a ceux qui envoient quelques compagnies de Gendarmes Mobiles, de CRS voire d’agents de la Brigade Anti-Criminalité pour ouvrir le feu sur quelques étudiants en train d’organiser un happening dans un supermarché toulousain avec l’accord du gérant. Et il y a ceux qui préfèrent jouer ça en musique.

LRU, Le Rap Universitaire

Au bout de 65 jours, vous avez fini par oublier pourquoi les universités étaient en grève ? Alors jetez un œil à cette video et vous vous en souviendrez. Vidéo due aux étudiants de Marne La Vallée.

Princess of Clèves — Fac off

Vous aussi, vous trouvez que la Princesse de Clèves n’a pas assez souffert et qu’il faut en plus que notre Bien-Aimé Président de La République la mette à la rue et à l’alcool ? Alors faites ça en musique. Vidéo due aux enseignants-chercheurs de la Sorbonne, si j’ai bien compris.

Princess of Clèves — Paroles, Paroles

Une fois à la rue, que faire de la Princesse de Clèves ? Il faut lui promettre des Rolex, bien entendu, et sur un air de Dalida.

La Sorbonne en musique

Juste un peu de musique ? D’accord, écoutez-ça ici. Profitez-en pour compter le nombre d’agents de police et de gendarmerie qui tournent.

Sans musique cette fois

Si vous avez l’âme d’un latiniste, j’espère que vous avez déjà écouté les Darcolinaires de la Sorbonne.

Pourquoi les université sont (toujours) en grève

April 4, 2009 § 6 Comments

Note Ce billet est écrit au 63ème jour de grève des universités. Le gouvernement refuse toujours de négocier sur les questions de fond, préfère toujours recourir aux tours de passe-passe et aux insultes pour faire passer ses réformes, quand ce n’est pas directement aux coups de matraque.  D’après mes comptes, nous en sommes à 5 contestataires hospitalisés et une quarantaine arrêtés de manière semble-t-il arbitraire par les forces de l’ordre. À l’heure actuelle, le gouvernement joue le pourrissement et compte sur le sens de la responsabilité des enseignants-chercheurs pour arrêter la grève et permettre aux examens, au concours et au baccalauréat de se dérouler correctement. Ne soyez pas certains que cela arrivera.

Il y a pas loin de deux mois, j’écrivais un billet pour expliquer pourquoi les universités étaient en grève. Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts. Le gouvernement a même, à un moment, fait semblant de négocier et de revenir en arrière sur certains des points parmi les plus choquants de ses réformes. Et nous sommes toujours en grève, même si ce n’est pas toujours pour les mêmes raisons qu’en février.

Pourquoi ?

« Read the rest of this entry »

Where Am I?

You are currently browsing entries tagged with enseignant at Il y a du thé renversé au bord de la table.