Quelques nouvelles du front

April 25, 2009 § Leave a comment

Note : Ce billet est écrit au 83ème jour de la grève des universités. Le gouvernement refuse toujours de négocier et préfère faire passer les réformes en catimini, sous la forme de décrets d’application qui ne correspondent pas aux textes prépubliés, et en les accompagnant de mensonges, d’intimidations administratives et de coups bien réels de matraques. La privatisation à l’italienne du système éducatif est en cours. Pour tous ceux qui ne sont pas d’accord, rendez-vous à Louvain, du 26 au 29 avril et dans les rues de Paris, le 28 avril. De nouvelles pétitions viennent d’être mises en ligne pour dénoncer les réformes et les mensonges du gouvernement.

Il y a quelques jours, François Fillon s’est exprimé sur France Inter, l’évènement est suffisamment rare pour être noté. C’est que Monsieur le Premier Ministre avait bien des choses à dire, en particulier sur la réforme des universités, du primaire et du secondaire publics. Malheureusement, là où l’on aurait pu espérer un brin de sérieux de la part d’un homme politique qui a la réputation de ne jamais parler pour ne rien dire, nous n’avons eu droit qu’à une nouvelle répétition des platitudes de Valérie Pécresse. Mais il faut tout de même saluer le courage de François Fillon, qui n’a pas hésité un seul instant avant de décrire la “concertation” et les mesures qui viennent de passer en décret d’application, “parfaitement conforme[s] aux aspirations des universitaires”. En guise de concertation, rappelons que le gouvernement a de nombreuses fois refusé de rencontrer les représentants syndicaux, les représentants des associations de chercheurs, d’enseignants-chercheurs, de précaires de l’université, etc. Rappelons aussi que seuls deux des 35 représentants syndicaux — ceux de deux syndicats parmi les plus petits — se sont exprimées en faveur des propositions du gouvernement. Rappelons de même que 76 des 83 universités françaises bloquent la réforme du primaire et du secondaire à force de désobéissance civile. Rappelons toujours les 100.000 manifestants, il y a quelques semaines, et la grève des universités, qui entre dans sa 12ème semaine.

Le gouvernement a décidément une définition particulière de “concertation” et d'”aspirations”, et ce d’autant plus que les décrets qui viennent de passer ne sont pas les mêmes que ceux qui avaient été donnés à lire aux universitaires.  Rien de surprenant de la part d’un gouvernement qui appelle “autonomie” une bureaucratie aussi rigide que complexe et qui donne la part belle aux pleins pouvoirs, “faire confiance aux universités” le déluge impressionnant de directives ministérielles qui ne cesse de tomber depuis des mois, “organisme indépendant” une agence dont tous les membres sont nommés par le ministre, etc.

Pour ceux qui ne sont pas encore au courant, quatre décrets d’application et trois arrêtés ont été publiés cette semaine  sans affichage préalable des textes. Parmi les décrets, citons-en deux qui sont au cœur du mouvement de contestation universitaire :

  • le nouveau statut des enseignants-chercheurs, dans un texte qui ne reprend aucune des trois versions préalables présentées par le gouvernement, et qui réintroduit notamment la possibilité d’infliger à tout enseignant-chercheur jusqu’à 1607 heures supplémentaires non-payées, que ce soit pour faire des économies ou pour lui faire payer un engagement politique ou des recherches qui fâchent ;
  • la réforme du statut des doctorants, qui semble notamment supprimer le monitorat et les allocations couplées (il faut que je vérifie plus en détails) et permettre de confier absolument n’importe quelle tâche supplémentaire aux doctorants, en plus de la Recherche.

Au passage, l’État Français vient d’accorder aux établissements appartenant au Vatican la possibilité de délivrer des diplômes, y compris, semble-t-il, les futurs master enseignement qui remplaceront le CAPES, l’Agrégation et le concours de Professeur des Écoles, le tout financé par les deniers publics.

Voici des mois, voire des années, que la communauté universitaire s’élève contre ces réformes mais aussi contre la méthode du gouvernement, qui vote les lois pendant les vacances et sans les annoncer, prépare leur application à coups de statistiques fausses et de contre-vérités, et tente de faire taire la contestation à coups de propagande, d’intimidations administratives et d’interventions policières. À présent, le gouvernement prétend que les universitaires sont pour la plupart d’accord avec ces mesures, depuis la suppression de l’indépendance de la recherche jusqu’à la liquidation du primaire et du secondaire public. Si vous êtes un universitaire et si vous souhaitez prendre la parole pour contester cette soi-disant unanimité, un groupe de cinq pétitions a été ouvert, chacune sur un des points contestés — à toutes signer, donc. En moins de 24h, la première de ces pétitions a récolté près de 700 signatures, à comparer aux 327 signatures récoltées en plus d’un an par la pétition opposée.

Et qui que vous soyez, rendez-vous est pris le 28 avril, dans les rues de France, pour manifester le mécontentement de la société française face à la liquidation de l’enseignement public, de la recherche et de l’hôpital.

Tagged: , , , , , , , , , , , ,

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

What’s this?

You are currently reading Quelques nouvelles du front at Il y a du thé renversé au bord de la table.

meta

%d bloggers like this: