La contre-contre-réforme contre-contre-contre-contre-réactionnaire, il n’y a que ça de vrai

March 18, 2009 § 1 Comment

Note À l’heure où j’écris ces lignes, les universités en sont à leur 44ème jour de grève et le gouvernement refuse toujours de négocier sur les questions de fond. Si le gouvernement s’obstine à insulter et à mentir plutôt qu’à négocier, et insiste pour liquider le système plutôt que d’écouter les propositions des grévistes, en fin d’année, on peut supposer qu’il n’y aura pas de diplômes universitaires. Ceci est aussi valable pour le baccalauréat.

C’est officiel : Internet importune le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Il faut dire que les blogs et les sites d’information mènent la vie dure aux réformes, en publiant de fréquents décryptages et en révélant de nombreuses informations que les médias classiques “oublient” parfois de mentionner. C’est ainsi qu’ont circulé les preuves de quelques mensonges gouvernementaux — les chiffres faux cités le 22 janvier lors du fameux discours sur la recherche et l’innovation (certains préfèreront l’appeler discours contre la recherche et l’innovation), l’accord tout à fait imaginaire entre les syndicats et le Ministère, annoncé par le porte-parole de l’Élysée, ou encore les concessions clamées par le Ministère, elles aussi largement imaginaires.

Alors que faire ? L’année dernière, le Ministère de l’Éducation Nationale lançait un appel d’offre sur la surveillance des blogs et des sites d’information. Cette année, l’Élysée et Matignon cherchent des stratégies pour “influencer sans apparaître” (et c’est le Figaro qui emploie l’expression, excusez du peu). En attendant, à en croire aussi bien le Figaro qu’Arrêt sur Images [1], le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche achète des encarts publicitaires sur Google [2].

Mais certains sont allés plus loin. Si lancez une requête “enseignant-chercheur” sur votre moteur de recherche favori, vous aurez la joie de voir apparaître après quelques pages le site « Enseignants chercheurs, le groupe des députés UMP vous donne la parole ! » Ne m’en voulez pas si je ne vous donne pas de lien direct, je ne voudrais pas contribuer à améliorer le classement de ce site, mais je trouve le concept particulièrement amusant. Le site a accumulé 57 commentaires un mois, ce qui me semble assez faible si je compare avec les 5373 messages qui attendent que je les lise sur l’une des listes de diffusion (modérée) d’enseignants-chercheurs en colère. Sur les 57 commentaires, beaucoup de matériel à troll, quelques idées pas idiotes mais que le gouvernement n’écoutera jamais (création d’une haute autorité qui pourrait être saisie par les enseignants-chercheurs lorsqu’ils estiment leur indépendance menacée, que ce soit par le gouvernement ou le secteur privé), et, pour autant que je puisse en juger, un seul message de soutien au gouvernement ou à l’UMP.

Bien entendu, le principal, sur c’est tout de même Jean-François Copé. Jean-François Copé qui invite au débat, Jean-François Copé qui signe des lettres, Jean-François Copé en video et en re-video, Jean-François Copé qui explique à ces niais d’enseignants-chercheurs pourquoi ils n’ont rien compris sur les réformes, tout ça. Ah, et quelques propositions (de Jean-François Copé) soumises pour « améliorer […] sans remettre en cause les principes fondateurs de la loi ». Après tout, si Jean-François Copé pense pouvoir discuter (tout seul) en ignorant le fond du problème, pourquoi pas. Alors, un mois après la création de ce site, il en est où le Jean-François Copé ?

Tous ensemble derrière la réforme. Ou pas.

Tous ensemble derrière la réforme. Ou pas.

Allez, zéro votes, c’est pas si grave. Ce qui compte, après tout, c’est que les mesures ont recueilli « un très large consensus ». Tant pis si ce consensus ne rassemblait aucun des intéressés.  Deux ans après le vote de la loi, c’est le moment de commencer à les consulter, non ?

Et puis après tout, zéro votes, ça se guérit vite. Il suffirait que Jean-François Copé se prononce.

[1] « Enseignants-chercheurs : Pécresse achète des mots-clés sur Google. » Sophie Gindesperger, 17/03/2009, L’article est payant et il n’est pas possible de le lier directement.

[2] Je ne suis pas arrivé à reproduire la manœuvre, soit en raison de la configuration exotique que j’emploie, soit parce que la campagne aura été arrêtée en catastrophe, comme d’habitude.

Tagged: , , , , , , , , , , ,

§ One Response to La contre-contre-réforme contre-contre-contre-contre-réactionnaire, il n’y a que ça de vrai

  • mkk says:

    A propos de l’article du Figaro :

    Cela fait déjà longtemps que certains partis avancent ses pions sans le dire sur le Net. Prenons un exemple : Jeux Online ; des joliens ont trouvé des traces écrites, établissant clairement que le FN l’avait labellisé “terre à évangéliser”, et certains cercles libéraux avaient poussé ses membres à “prêcher la bonne parole”. Le tout sans étiquette évidemment.
    En 2007, les forums non-jeu de JoL se sont retrouvés avec un nombre croissant de comptes récemment créés, qui prônaient certains candidats et dénigraient d’autres. Beaucoup de commentaires laudateurs de Nicolas Sarkozy dans le tas … et les posteurs impliqués étrangement n’intervenaient pas du tout dans les sections dédiés aux jeux online (coeur de cible de Jeux Online). Etonnant non ?

    En 2012, on verra de nouveau une énorme offensive sur le Net, cachée. Va y avoir du boulot …

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

What’s this?

You are currently reading La contre-contre-réforme contre-contre-contre-contre-réactionnaire, il n’y a que ça de vrai at Il y a du thé renversé au bord de la table.

meta

%d bloggers like this: