Bilan d’un chercheur sur son journal de tire-au-flanc

February 25, 2009 § 5 Comments

Depuis quelques mois, le gouvernement nous explique, par la bouche de notre Président Bien-Aimé, de Valérie Pécresse ou du fusible médiateur — supposé négocier avec les enseignants-chercheurs sans changer quoi que ce soit aux projets de loi — que les enseignants-chercheurs sont des planqués, jamais évalués, improductifs, et qui méritent qu’on augment leur nombre d’heures d’enseignement pour les punir d’un manque (imaginaire) de publications.

Vous savez quoi ? Ça marche. À force de l’entendre répété sur TF1 et France 2, de le voir imprimé dans les quotidiens gratuits du métro ou dans le Figaro, les gens y croient. Hors de l’université, on est convaincu que les enseignants-chercheurs ne travaillent pas. Mes voisins sont convaincus que, contrairement à eux, en tant qu’enseignant-chercheur, je peux me libérer à n’importe quelle heure, n’importe quel jour pour faire face à une urgence de plomberie. Ma mère est convaincue que, avec mon travail, j’ai tout le temps du monde à ma disposition. Dans l’université, on commence à se convaincre qu’on est le seul à travailler, ou la seule équipe où l’on travaille sérieusement, ou le seul laboratoire, ou la seule ville et que les autres n’en fichent pas une. Mon épouse, à laquelle il arrive de faire 15 heures de travail en une journée, est convaincue qu’elle ne fait rien et que je travaille plus qu’elle. J’ai fini par me convaincre que je ne travaillais pas assez.

Alors, plutôt que de continuer à broyer du noir, j’ai pris quelques mesures : sur une semaine, j’ai chronométré chacune de mes activités et j’ai tenu un journal, heure par heure. Laissez-moi vous en présenter le bilan.

Temps de travail

Dans cette rubrique, je compte

  • le temps consacré à faire de la Recherche
  • le temps consacré à faire de l’Enseignement
  • le temps consacré à remplir des tâches administratives, c’est-à-dire presque uniquement quémander de l’argent ou des autorisations pour pouvoir faire de la Recherche ou embaucher un doctorant
  • le temps habituellement consacré à une des tâches précédentes mais qui, en cette semaine de protestation, a été consacré à expliquer mon travail, les réformes et à lutter contre ces dernières.

Ne sont pas comptées les pauses déjeuner ou thé ou les discussions avec mes collègues, le temps passé à consulter mon mail personnel ou les transports en commun, sauf si j’ai travaillé durant le trajet.

Voici donc le bilan.

  • Temps consacré à des tâches qui relèvent uniquement du domaine de la Recherche : 24h et des poussières.
  • Temps consacré à des taches qui relèvent uniquement du domaine de l’Enseignement : 10 h et des poussières.
  • Temps consacré à des tâches qui relèvent à la fois de la Recherche et de l’Enseignement : 24h45 et des poussières.
  • Temps consacré à des tâches administratives : 4h30.
  • Temps normalement travaillé mais employé cette semaine à défendre mon travail : 7h20.

Soit63h20 de travail effectif cette semaine ou encore, si l’on suppose qu’une semaine normale se déroule de la même manière mais sans avoir à défendre mon travail, 70h45 de travail durant une semaine normale.

Soit encore un peu plus de 9h de travail par jour, samedi et dimanche compris — ou, toujours sous les mêmes hypothèses, un peu plus de 10h par jour, samedi et dimanche compris, sur une semaine normale.

Temps de pause

Dans cette rubrique, je compte

  • le temps passé dans les transports en commun sans travailler
  • le temps passé à manger, à prendre un thé, etc. sauf lorsqu’il s’agit de travailler avec des collègues autour d’un repas
  • le temps passé à consulter mon mail personnel
  • le temps passé à faire des courses, faire le ménage, me reposer, etc.

Je n’ai pas cherché à faire la différence entre ces catégories. Nous arrivons à un total de 42h de pause et des poussières, soit 6h par jour, samedi et dimanche compris. On est assez loin des 8h par jour plus le dimanche chômé du Front Populaire.

Temps de sommeil

Dans cette rubrique, je compte tout le temps passé au lit, avec ou sans livre à la main, avec ou sans la radio allumée, le soir ou le matin. Je n’ai pas cherché à faire la différence entre ces catégories. Nous arrivons à un total de 54h de sommeil, soit un peu moins de 7h par nuit, samedi et dimanche compris.

Si vous suivez le détail des calculs, vous constaterez que quelques heures manquent à l’appel, perdues lors des divers arrondis. Je ne jurerais pas qu’il s’agit d’heures de repos.

Bilan

Le bilan est simple. Si mes hypothèses sont justes, chaque semaine, je fais un peu plus de deux fois les 35 heures. Et si mes hypothèses sont fausses, je ne travaille “que” 63h et quelques. J’y passe 7 jours par semaine et je manque de sommeil. Par-dessus cela, le gouvernement, par l’intermédiaire des médias, s’acharne à prouver que je suis paresseux et inutile et qu’il faudrait me sanctionner sur des critères arbitraires en ajoutant des heures d’enseignement ou d’administration.

Car oui, à ce prix-là, je suis improductif et punissable. Certes, OCaml Batteries Included est une petite révolution dans le domaine d’enseignement/recherche/applications concerné — citons comme indicateurs que ce projet sera bientôt inclus dans de nombreuses versions de Linux, qu’on en parle sur un certain nombre de blogs et que Google trouve 13.600 résultats, qui restent pertinents au moins jusqu’à la 30ème page. Certes, j’ai écrit trois articles depuis juillet et j’en ai un autre sur le feu. Certes, le système de types sur lequel je travaille est intéressant et inédit. Certes, mes deux projets précédents auraient eu une chance, s’il y avait eu la volonté et les moyens de les mener jusqu’à leur conclusion, d’améliorer légèrement la sécurité de quelques systèmes  d’exploitation. Mais je n’ai aucune publication récente de Catégorie A, notamment car la définition de Catégorie A a été faite selon des critères qui ne correspondent pas à mes sujets de recherche. En même temps, ça ne change pas grand chose : sous peu, mes supérieurs pourront me sanctionner à volonté, sans avoir besoin de justifications.

Alors que nous apprend cet exercice ? Premièrement, que les mesures que le gouvernement prétend appliquer sont inapplicables. Si l’on suppose que mon cas est à peu près représentatif des jeunes enseignants-chercheurs sans enfants, on peut immédiatement constater qu’il n’y a pas de réserves de temps disponibles dans la semaine pour faire plus d’enseignement. C’est d’autant plus vrai qu’avec mes 63h de travail, j’ai trouvé moyen de prendre du retard par rapport à tout ce que j’étais supposé faire : je n’ai pas pu participer à la journée portes ouvertes de mon université, je n’ai pas eu le temps de préparer tous mes cours, je n’ai pas eu le temps de faire les transparents pour un exposé que je devais donner quelques jours plus tard. Ajouter des heures d’enseignement, c’est ni plus ni moins qu’enlever des heures de recherche et pousser un enseignant-chercheur à démissionner.

La deuxième conclusion est indirecte. Le gouvernement prétend porter des jugements sur le corps des enseignants-chercheurs, manifestement sans connaître ce corps. Alors savez-vous ce qui se passe lorsque le Bien-Aimé Président de la République utilise des chiffres mensongers pour attaquer des agents de la fonction publique qui sont prêts à sacrifier leur temps de sommeil, leur temps de loisir, sans compter leurs vacances, juste pour pouvoir mener à bien leurs tâches ? Savez-vous ce qui arrive lorsque madame le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche  fait preuve d’une grande liberté avec la vérité pour justifier des réformes dont les deux rôles principaux sont de faire des économies sur les susdits agents et de supprimer l’indépendance de la Recherche ? Il se passe exactement la même chose que dans l’enseignement primaire ou secondaire ou que dans l’hôpital : le pacte social est brisé.  Et après une telle trahison, il ne faut pas s’attendre à ce que le génie rentre dans la bouteille. C’est un appel à la grève, au départ à l’étranger et à la démission.

Ah, un dernier point. Je vais essayer de lever un peu le pied. Mais ça ne changera pas une chose : comme tous mes collègues dans l’enseignement ou/et la recherche, je suis en colère.

Tagged: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

§ 5 Responses to Bilan d’un chercheur sur son journal de tire-au-flanc

  • Sub says:

    Et j’ajoute que, dans la foulée, tu as écrit puis mis à jour un wikilivre consacré à Objective Caml (ce dont tu te vantes trop peu). Livre qui est (j’en témoigne) et sera utile à de nombreux étudiants et informaticiens…

    • yoric says:

      Livre qui est (j’en témoigne) et sera utile à de nombreux étudiants et informaticiens…

      Ça fait plaisir, merci. Précisons que le livre n’est pas terminé, hein.

  • Julien says:

    Un petit mot de soutien à la conclusion de cette évaluation pour répondre à votre précédente interrogation concernant la portée de votre message : J’ai apprécié cet exercice depuis le début et il m’a donné matière à discuter lors de nos pauses improductives et paresseuses de doctorants … Votre message est entendu et vos remarques font l’echo de ce que j’entends sur les 2 campus auxquels je suis rattaché.
    Bon courage !
    Julien, doctorant en fin de thèse.

  • NM says:

    Ce lavage de cerveau de l’opinion, et ce mépris de notre ministère et de notre président, nous l’avons effectivement subi de plein fouet dans le secondaire…

    De tout cœur avec vous !
    Nath.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

What’s this?

You are currently reading Bilan d’un chercheur sur son journal de tire-au-flanc at Il y a du thé renversé au bord de la table.

meta

%d bloggers like this: