Journal d’un tire-au-flanc de chercheur (4) : Le dimanche, c’est aussi le jour du flemmard

February 15, 2009 § 1 Comment

Résumé des épisodes précédents

Le gouvernement a amplement raison, les chercheurs sont des glandeurs et ce qui manque pour les rendre plus productifs, c’est de devoir se justifier en permanence pour avoir le droit de faire de la Recherche. Au cours des épisodes précédents, nous avons suivi l’emploi du temps d’un enseignant-chercheur paresseux et, indirectement, de son enseignante-chercheuse fainéante d’épouse. Pas de chance, ils sont tous les deux malades, mais ce n’est pas ça qui va les empêcher de travailler glander : ils ont tous les deux des cours à préparer et des recherches à entreprendre.

Nous retrouvons notre anti-héros le dimanche.

Note À en croire les statistiques de ce blog, l’auto-évaluation en cours n’intéresse personne, sauf quelques proches qui en profitent pour me demander des nouvelles apprenant que nous sommes malades. C’est tout à fait normal. Combien voulez-vous parier que la tutelle administrative auquel prétend nous soumettre le gouvernement n’intéressera pas plus les administratifs chargés d’inventer une évaluation scientifique dans des domaines qu’ils ne connaissent pas ? Question subsidiaire : à votre avis, si le décret en question passe, combien de temps allons-nous consacrer à préparer des évaluations que personne ne lira ?

Dimanche 15 février

  • 12h15 – 13h30 (Enseignement/Recherche) Bon, mon épouse est enfin arrivée à s’endormir, malgré la fièvre. De mon côté, il est temps de me remettre au travail. Il faut que je relise le brouillon d’un collègue et que je finisse les modifications à OCaml Batteries Included que j’ai interrompues hier soir pour m’occuper de ma moitié.
  • 13h30 – 14h05 (Pause)
  • 14h05 – 14h30 (Enseignement/Recherche) Répondre à quelques questions sur mon travail, posées par un collègue, puis participer à une nouvelle séance de brainstorming par mail/chat sur OCaml Batteries Included. Cette fois, il s’agit de quelque chose de technologiquement et scientifiquement trivial (changer quelques noms par-ci par-là) mais potentiellement très politique (tout dépend qui est supposé utiliser le logiciel). Pendant ce temps-là, mon épouse fébrile cherche un sujet de stylistique pour faire travailler ses étudiantes en agrégation. Voici plusieurs jours qu’elle cherche l’inspiration et qu’elle ne la trouve pas.
  • 14h30 – 14h40 (Administration) Toujours ces histoires de conseil d’administration.
  • 14h40 – 15h15 (Administration) C’est reparti pour la rédaction d’ANR.
  • 15h15 – 15h45 (Recherche) Cet article sur les types existentiels ouverts me fait de l’œil depuis que je l’ai commencé hier dans la queue. Il va falloir que je finisse de le lire.
  • 15h45 – 16h15 (Pause)
  • 16h15 – 18h00 (Recherche) Toujours l’article. Sauf que maintenant, je suis en train de faire des expériences pour voir si ça peut s’appliquer à un problème qui m’intéresse.
  • 18h00 – 19h50 (Enseignement/Recherche) De nouveau des suggestions d’amélioration par les utilisateurs. En parallèle, un collègue me fait par chat un cours sur un point que je ne connaissais pas de théorie des langages de programmation (pour ceux que ça intéresse, il s’agit de la défonctionnalisation d’expressions paresseuses récursives).
  • 19h50 – 20h05 (Pause) Le futur de la recherche française est tout tracé.  Des chercheurs nobélisables qui gagnent leur vie en conduisant des taxis, par exemple. Profitons-en pour mettre à jour un article sur Wikipedia.
  • 20h05 – 21h20 (Administration) C’est reparti pour l’ANR. C’est terrible comme c’est excitant de rédiger une réponse à un appel d’offre ANR. Mais bon, ça, c’était l’initiative du gouvernement précédent pour mettre un frein à la Recherche.
  • 21h20 – 22h20 (Pause) Ce soir, c’est tagine.
  • 22h20 – 23h10 (Administration) Cette ANR n’avance pas. J’espère que j’aurai plus de chance demain.
  • 23h10 – 00h40 (Enseignement/Recherche) Par contre, OCaml Batteries Included avance. Je viens d’arriver à implanter quelque chose de notoirement difficile : la liaison dynamique. Maintenant, un exécutable Batteries pèse quelques centaines de kilo-octets, au lieu de plusieurs méga-octets. Ben mine de rien, c’est chouette.
  • 00h40 – 01h20 (Pause) À la douche !
  • 01h20 – 01h35 (Enseignement/Recherche) Prendre rendez-vous avec un étudiant pour mardi, confirmer que la correction de bug proposée par un collègue est bonne et se préparer à clôturer pour la journée. J’ai rendez-vous demain à 10h, la nuit ne va pas être très longue. Bon, après quelques efforts, la correction de bug marche. Mise-à-jour de la liste des tâches restantes. Sauvegarde. Et dodo.
  • 01h35 – ? (Dodo)

Tagged: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

§ One Response to Journal d’un tire-au-flanc de chercheur (4) : Le dimanche, c’est aussi le jour du flemmard

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

What’s this?

You are currently reading Journal d’un tire-au-flanc de chercheur (4) : Le dimanche, c’est aussi le jour du flemmard at Il y a du thé renversé au bord de la table.

meta

%d bloggers like this: