Les avions renifleurs sont de retour

March 18, 2008 § 1 Comment

Vous souvenez-vous des avions renifleurs ? En 1975, Aldo Bonassoli et Alain Villegas vendaient à Elf un dispositif miraculeux supposé détecter les gisements de pétrole depuis un avion. L’appareil se présentait comme une boîte noire, que le contrat interdisait d’ouvrir. En 1979, un physicien, Jules Horowitz, démontrait l’arnaque. Entre temps, 1 milliard de francs auront été engagés. Les conclusions de l’enquête resteront un secret d’état jusqu’à ce que le Canard Enchaîné dévoile le pot aux roses, en 1983. Quelque part en chemin, on mentionnera l’intervention de membres des services secrets français ou du haut clergé de l’Église Catholique, l’Union des Banques Suisses, Valéry Giscard d’Estaing, Raymond Barre et la destruction de preuves par la Cour des Comptes.

Pourquoi mentionner une affaire qui date de 25 ans ? Parce que les boîtes noires reviennent, cette fois sous la forme de machines à voter.

Résumons l’affaire : depuis quelques années, et particulièrement depuis le fiasco électoral de Floride, la mode est de remplacer les procédures de vote et de comptage de voix manuelles par des machines prenant en charge toute la procédure. De fait, ces machines sont des ordinateurs (parfois aussi puissants que des PCs, parfois beaucoup moins) dotés de logiciels spécialisés. Où blesse le bât ? Au niveau de la protection de ces machines et logiciels. Précisons qu’il ne s’agit pas des protections contre les fraudes mais de protections légales qui visent à interdire de vérifier comment fonctionne le dispositif. Pour information, les professeurs Felten et Appel mentionnés dans ce dernier lien sont des chercheurs en sûreté informatique de niveau mondial.

En France, c’est la loi DADVSI qui interdit aux citoyens inquiets et aux experts d’essayer de déterminer la fragilité des machines à voter. Précisons au passage que, si des compagnies comme Nedap affirment haut et fort la sûreté de leur machine, le monde de la Recherche en sécurité, beaucoup plus prudent, est loin de clamer avoir atteint un tel niveau. En Hollande aussi, d’ailleurs, patrie de Nedap, on doute aussi de la fiabilité des engins. Mais en France, pas moyen d’obtenir les informations nécessaires pour vérifier la chose, pas plus que chez les concurrents.

Que faire, alors ? Éviter que la situation des avions renifleurs se reproduise. Éviter le secret. Et éviter de sacrifier le sens commun à la simplicité.

Tagged: , , , , , , , , ,

§ One Response to Les avions renifleurs sont de retour

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

What’s this?

You are currently reading Les avions renifleurs sont de retour at Il y a du thé renversé au bord de la table.

meta

%d bloggers like this: