La joyeuse rentrée des chercheurs

September 18, 2007 § 3 Comments

Chouette, c’est la rentrée. Ah, la rentrée, la saison où l’on constate les augmentations du prix des transports, où l’on subit la pré-privatisation de la SNCF et d’EDF, la liquidation des collèges et lycées, le passage programmé aux oubliettes des enseignements littéraires à la fac, où certains se demandent s’ils n’auraient pas dû prendre leur retraite durant les vacances, puisque travailler plus va leur permettre de gagner moins, où l’on se guette dans le blanc des yeux pour essayer de voir qui va faire la grève en premier, où l’on se plaint du manque d’effectifs à la fac, où l’on désespère de survivre à l’année qui s’annonce, et tant d’autres joyeuses activités.

Dans cette colonne, j’aurais voulu vous parler de ma rentrée de chercheur. J’aurais voulu vous parler de mon programme de l’année, de ce que mon équipe va faire pour rendre Firefox plus sûr, ou pour diminuer la communication accidentelle d’informations confidentielles par mail, ou pour simplifier l’administration de systèmes critiques.

 

J’avais aussi deux ou trois petites choses à écrire à propos de la loi de liquidation des universités.

 

Mais il y a plus urgent.

 

J’imagine que vous avez entendu parler du contrôle génétique pour l’immigration. Laissez-moi vous le résumer en quelques mots : de pauvres émigrés arrivent en France après avoir tout perdu chez eux ; ils veulent maintenant faire venir leurs enfants ; la France exige alors d’eux 1000 € et l’humiliation d’un test médical ; au passage, les beaux-enfants, filleuls et autres enfants adoptifs disparaissent de la notion de famille.

 

Il s’agit d’un amendement à la loi sur le regroupement familial, voté la semaine dernière en première lecture. Il me semble évident que, si ce texte est effectivement adopté, les procédures actuelles disparaîtront bien vite au profit de cette pseudo-solution de simplicité. Tout ce que la France aura gagné sera d’humilier un peu plus les candidats à l’immigration légale — et de faire de leur famille des clandestins.

 

Non, sérieusement, cette mesure ne mérite même pas d’arguments. Lorsque j’ai entendu parler de ce contrôle, j’ai vu défiler devant mes yeux la scène d’ouverture de Monsieur Klein : les examens médicaux de non-judaïté, pendant l’Occupation.

Rassurez-moi, on ne va pas laisser passer ça ?

J’ai signé la pétition sur le site de Sauvons La Recherche. J’espère vous ferez de même.

 

P.S.:

Contrairement aux apparences, vous n’avez pas besoin d’être chercheur pour signer.

Tagged: , , ,

§ 3 Responses to La joyeuse rentrée des chercheurs

  • Hélène says:

    Attention tout de même : il ne s’agit pas (pour l’instant) d’obliger qui que ce soit à faire ce test mais de permettre à des gens qui ne parviennent pas à prouver leur parenté autrement d’en passer par là. On peut bien sûr craindre que cette loi dérive. Je trouve le texte de la pétition de “Sauvons la recherche” assez clair à ce point de vue et je pense malheureusement que leurs arguments sont justes car si, en l’état, je ne vois pas où est le scandale, j’ai si peu confiance en nos politiques actuels que je crains effectivement que ce qui est censé être une aide aux immigrés se révèle un obstacle.
    Ceci dit, je pense qu’il y a bien plus grave dans cette loi. Notamment l’obligation de maîtrise du français. Il y a certes des alliances françaises dans tous les pays mais tout le monde n’a pas les moyens d’aller passer plusiseurs semaines dans la capitale pour apprendre le français, sans parler des frais de dossiers eux-mêmes. Or il ne s’agit pas d’autoriser l’entrée en France de futurs travailleurs mais d’autoriser un regroupement familial. Le meilleur endroit pour apprendre le français me semble à cet égard être la France elle-même. Je pense que cette partie de la loi a pour unique fonction de retarder ou d’empêcher des regroupements familiaux. Et j’en arrive à me demander si cette histoire d’ADN n’est pas l’arbre que notre chère majorité a trouvé pour cacher une bien sombre forêt.

  • yoric says:

    Il est vrai que le test d’ADN nous est présenté en partant du principe qu’il ne s’appliquera qu’aux volontaires. De la part d’un gouvernement qui aurait gagné ma confiance, je serais peut-être prêt à accorder le bénéfice du doute et ne pas supposer que le chemin raccourci deviendrait, tôt ou tard, le seul chemin. En ce moment, nous parlons d’un gouvernement qui s’est fait un nom et une campagne électorale en chassant les enfants et leurs grands-parents à la sortie des écoles. Nous parlons d’un gouvernement qui a mis en œuvre une politique de fichage des sans-papiers en leur prétextant l’espoir mensonger d’une légalisation. Nous parlons d’un gouvernement qui, pour le moment, a donné de forts signes néo-colonialistes, et aucun d’ouverture.

    J’avoue que je n’avais pas prêté attention à l’obligation de maîtrise du français. Ta remarque est fort juste et confirme, j’en ai bien peur, l’idée que je me fais de notre politique étrangère et d’immigration : une France au-dessus de pays inféodés et de travailleurs jetables.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

What’s this?

You are currently reading La joyeuse rentrée des chercheurs at Il y a du thé renversé au bord de la table.

meta

%d bloggers like this: