Cent mille voix pour la formation des enseignants

January 23, 2010 § Leave a comment

Comme beaucoup d’entre vous le savent, l’année 2009-2010 a été rude dans les écoles, les collèges, les lycées les universités et les instituts de recherche de France. Du côté des enseignants, des chercheurs, des personnels administratifs et techniques et des parents d’élèves, il s’agissait de défendre le système contre sa casse systématique et organisée au profit du secteur privé. Du côté ministériel, il s’agissait de prononcer quelques bonnes paroles, de diviser pour régner, de salir tous ceux qui consacrent leur vie à former les enfants des autres ou à concevoir les savoirs de demain, de supprimer progressivement la formation des enseignants, de couper le plus possible de postes dans les établissements, de cesser de régler les factures, et plus généralement d’organiser la transition vers un système du tout-privé.

Comme beaucoup d’entre vous le savent, une année de lutte entière — dont la grève universitaire la plus importante depuis le XIIIeme siècle, pardonnez du peu — n’a servi à rien. Quelques belles paroles et le rouleau compresseur a repris, sans négociations, sans compromis et sans respecter la moindre promesse.

Il est encore temps, peut-être, de sauver quelques meubles. C’est en tout cas ce que pense la Coordination Nationale pour la Formation des Enseignants, qui vient de lancer une pétition. Cette pétition rassemblent les signatures de tous ceux qui estiment que la France doit continuer à former la formation des enseignants — rappelons que cette formation est presque abolie à partir de cette année. Si vous avez des enfants, si vous comptez en avoir ou si vous pensez que les enfants des autres doivent avoir des professeurs formés, je vous suggère de la signer. Je viens de le faire moi-même.

On achève bien les professeurs

January 23, 2010 § 1 Comment

Ca y est, c’est officiel on ne peut (presque) plus devenir professeur en France. Le décret a été publié dans le Journal Officiel du 20 janvier 10, texte 12.

Selon ce décret, pour se présenter aux concours d’enseignement et espérer ainsi devenir professeur certifié (CAPES), agrégé (interne ou externe), un candidat doit d’abord détenir le Master 2.

C’est tout ? C’est tout. Mais résumons quelques conséquences directes :

  • Un étudiant souhaitant devenir professeur doit commencer par étudier jusqu’à l’âge théorique minimal de 23 ans (selon mon estimation, ce sera plutôt 24 ou 25 ans en pratique) avant de se présenter pour la première fois à un concours qui pourra lui donner la possibilité d’obtenir un poste de professeur. Comme ces concours sont très concurrentiels, il n’est pas rare de devoir s’y présenter trois fois. Comptons donc 26 ou 27 ans avant de décrocher un premier travail, pour ceux qui s’accrochent jusque-là. Comptons donc aussi 26 ou 27 ans avant une première expérience professionnelle d’enseignement, puisque le gouvernement a en pratique supprimé les stages d’enseignement depuis cette année.
  • En plus de beaucoup de patience, ce même étudiant aura besoin d’une sérieuse source de revenus pour arriver à ce niveau. Rappelons que le gouvernement a supprimé les stages rémunérés d’enseignement, tout en diminuant le nombre de bourses. À supposer qu’il reste des professeurs, leur mixité sociale risque d’en pâtir.
  • Rappelons que, depuis les réformes récentes, un Master enseignement ne peut mener qu’à l’enseignement. En particulier, toutes les compétences liées à la Recherche ont été supprimées. Rappelons d’ailleurs que les susdites réformes ont aussi supprimé une bonne partie des compétences pédagogiques (un professeur d’anglais n’a effectivement plus besoin de savoir parler anglais). Un étudiant qui échoue à ses concours à l’âge de 28 ans n’aura aucune expérience professionnelle, aucune compétence valorisable, aucun diplôme porteur, et aucune perspective.
  • Les étudiants souhaitant ouvrir un peu leurs horizons et leurs débouchés professionnels commencer par obtenir un master autre, avant de préparer un master d’enseignement. Ils ont maintenant 30 ans avant de se présenter aux concours.
  • Les professeurs certifiés actuellement en exercice, qui sont généralement à un équivalent Maîtrise/Master 1, n’ont tout bonnement plus le droit de passer l’agrégation interne.
  • Les étudiants embauchés par les rectorats pour remplacer les professeurs, et qui enseignent depuis l’année dernière à plein temps, qui sont généralement au niveau Licence 2, ne pourront donc plus passer les concours d’enseignement non plus.

En toute simplicité, nous venons d’assister, d’un trait de plume supplémentaire, à l’enterrement du métier de professeur. Pour remplacer les professeurs, le gouvernement a commencé dès l’année dernière à employer des étudiants sans formation, système qui est appelé à se généraliser.

Vous savez qui remercier.

Nouveaux sujets M2

January 5, 2010 § Leave a comment

Deux nouveaux sujets M2 pour un stage chez MLstate. Pour plus de détails, cf. le billet qui introduisait les sujets de stage précédents.

Sujet : Bases de données

Toute application web dépend d’une base de données pour le stockage des informations à long terme. Si la fiabilité du stockage lui-même, est un problème largement étudié, la fiabilité des entrées-sorties soulève de nombreuses questions qui restent à explorer. En particulier, que faut-il faire si des données manquent, si le format des données a changé, si les données ont été (re)réparties selon des critères différents des critères attendus.

Dans le cadre de ce travail, l’étudiant prendra part à la recherche et au développement de MLstate sur les questions d’interaction entre stockage et application web, notamment les notions de partage de données entre applications web et de mise-à-jour du format des données.

Ce travail sera dirigé par Louis Gesbert et impliquera de la programmation en OCaml et en OPA.

Sujet : Interaction entre bases de données relationnelles et bases de données structurées

Toute application web dépend d’une base de données pour le stockage des informations à long terme. Le paradigme de stockage employé par la majorité des applications à ce jour est une extension du modèle relationnel, au sens où les informations sont stockées dans des tables (ou “relations”), tables prévues pour être manipulées par un être humain et liées par des clés explicites. À l’inverse, un autre paradigme de bases de données, parfois appelé “structuré”, “algébrique” ou “objet”, stocke les informations sous la forme de structures de données, prévues pour être manipulées par un programme et liées par des références implicites.

Dans le cadre de ce travail, l’étudiant prendra part à la recherche et au développement de MLstate sur l’unification des modèles relationnels et structurés. En particulier, l’étudiant devra concevoir et implanter des techniques permettant d’exploiter des bases de données relationnelles et des données préexistantes dans le cadre d’un paradigme structuré, ainsi que de porter au modèle structuré les outils de consultation traditionnellement exploités dans le modèle relationnel.

Ce travail sera dirigé par Louis Gesbert et impliquera de la programmation en OCaml, en OPA et dans divers dialectes de SQL.

Stages M2 langages de programmation

November 30, 2009 § 1 Comment

Mise-à-jour:

Merci pour toutes les (très bonnes) candidatures aux stages que nous avons proposé. Tous les stages ont été pris.

À bientôt pour la prochaine version d’OPA.

« Read the rest of this entry »

Quelques nouvelles du front

April 25, 2009 § Leave a comment

Note : Ce billet est écrit au 83ème jour de la grève des universités. Le gouvernement refuse toujours de négocier et préfère faire passer les réformes en catimini, sous la forme de décrets d’application qui ne correspondent pas aux textes prépubliés, et en les accompagnant de mensonges, d’intimidations administratives et de coups bien réels de matraques. La privatisation à l’italienne du système éducatif est en cours. Pour tous ceux qui ne sont pas d’accord, rendez-vous à Louvain, du 26 au 29 avril et dans les rues de Paris, le 28 avril. De nouvelles pétitions viennent d’être mises en ligne pour dénoncer les réformes et les mensonges du gouvernement.

Il y a quelques jours, François Fillon s’est exprimé sur France Inter, l’évènement est suffisamment rare pour être noté. C’est que Monsieur le Premier Ministre avait bien des choses à dire, en particulier sur la réforme des universités, du primaire et du secondaire publics. Malheureusement, là où l’on aurait pu espérer un brin de sérieux de la part d’un homme politique qui a la réputation de ne jamais parler pour ne rien dire, nous n’avons eu droit qu’à une nouvelle répétition des platitudes de Valérie Pécresse. Mais il faut tout de même saluer le courage de François Fillon, qui n’a pas hésité un seul instant avant de décrire la “concertation” et les mesures qui viennent de passer en décret d’application, “parfaitement conforme[s] aux aspirations des universitaires”. En guise de concertation, rappelons que le gouvernement a de nombreuses fois refusé de rencontrer les représentants syndicaux, les représentants des associations de chercheurs, d’enseignants-chercheurs, de précaires de l’université, etc. Rappelons aussi que seuls deux des 35 représentants syndicaux — ceux de deux syndicats parmi les plus petits — se sont exprimées en faveur des propositions du gouvernement. Rappelons de même que 76 des 83 universités françaises bloquent la réforme du primaire et du secondaire à force de désobéissance civile. Rappelons toujours les 100.000 manifestants, il y a quelques semaines, et la grève des universités, qui entre dans sa 12ème semaine.

Le gouvernement a décidément une définition particulière de “concertation” et d’”aspirations”, et ce d’autant plus que les décrets qui viennent de passer ne sont pas les mêmes que ceux qui avaient été donnés à lire aux universitaires.  Rien de surprenant de la part d’un gouvernement qui appelle “autonomie” une bureaucratie aussi rigide que complexe et qui donne la part belle aux pleins pouvoirs, “faire confiance aux universités” le déluge impressionnant de directives ministérielles qui ne cesse de tomber depuis des mois, “organisme indépendant” une agence dont tous les membres sont nommés par le ministre, etc.

Pour ceux qui ne sont pas encore au courant, quatre décrets d’application et trois arrêtés ont été publiés cette semaine  sans affichage préalable des textes. Parmi les décrets, citons-en deux qui sont au cœur du mouvement de contestation universitaire :

  • le nouveau statut des enseignants-chercheurs, dans un texte qui ne reprend aucune des trois versions préalables présentées par le gouvernement, et qui réintroduit notamment la possibilité d’infliger à tout enseignant-chercheur jusqu’à 1607 heures supplémentaires non-payées, que ce soit pour faire des économies ou pour lui faire payer un engagement politique ou des recherches qui fâchent ;
  • la réforme du statut des doctorants, qui semble notamment supprimer le monitorat et les allocations couplées (il faut que je vérifie plus en détails) et permettre de confier absolument n’importe quelle tâche supplémentaire aux doctorants, en plus de la Recherche.

Au passage, l’État Français vient d’accorder aux établissements appartenant au Vatican la possibilité de délivrer des diplômes, y compris, semble-t-il, les futurs master enseignement qui remplaceront le CAPES, l’Agrégation et le concours de Professeur des Écoles, le tout financé par les deniers publics.

Voici des mois, voire des années, que la communauté universitaire s’élève contre ces réformes mais aussi contre la méthode du gouvernement, qui vote les lois pendant les vacances et sans les annoncer, prépare leur application à coups de statistiques fausses et de contre-vérités, et tente de faire taire la contestation à coups de propagande, d’intimidations administratives et d’interventions policières. À présent, le gouvernement prétend que les universitaires sont pour la plupart d’accord avec ces mesures, depuis la suppression de l’indépendance de la recherche jusqu’à la liquidation du primaire et du secondaire public. Si vous êtes un universitaire et si vous souhaitez prendre la parole pour contester cette soi-disant unanimité, un groupe de cinq pétitions a été ouvert, chacune sur un des points contestés — à toutes signer, donc. En moins de 24h, la première de ces pétitions a récolté près de 700 signatures, à comparer aux 327 signatures récoltées en plus d’un an par la pétition opposée.

Et qui que vous soyez, rendez-vous est pris le 28 avril, dans les rues de France, pour manifester le mécontentement de la société française face à la liquidation de l’enseignement public, de la recherche et de l’hôpital.

Fin des cours

April 23, 2009 § 2 Comments

Note : Ce billet est écrit au 80ème jour de grève des universités. Malgré l’opposition de la quasi-totalité de la communauté universitaire, le gouvernement vient de faire passer les décrets d’application qui permettent de transformer arbitrairement et sans justifications un enseignant-chercheur en enseignant pur. Manifestement, le gouvernement n’arrive pas à comprendre le danger pour le monde de la Recherche en France. Simultanément, le gouvernement vient d’annoncer que, puisqu’il était impossible de procéder à la réforme de l’enseignement primaire et secondaire sans violer ses propres décrets, il allait les ignorer totalement. Une fois que le choc sera passé, attendez-vous à des réactions. Attendez-vous à une grève de la Recherche, des publications, des brevets, des contrats, des évaluations. Attendez-vous à des difficultés lors des examens et du baccalauréat.

Là où les chasseurs de tête avaient échoué, le gouvernement vient de réussir : j’ai donné hier mon dernier cours.

Puisque le gouvernement préfère manifestement économiser sur le dos de la Recherche, j’ai fini par accepter un poste dans le secteur privé, poste dans lequel je devrais être en mesure de poursuivre mes travaux sur les liens entre sémantique informatique, sûreté, sécurité, langages fonctionnels et parallélisme.

Si ce nouveau poste devrait m’apporter plus de liberté, ainsi que des étudiants et des ingénieurs pour participer à mes recherches, j’ai le cœur lourd d’avoir été contraint à quitter le système universitaire, auquel je suis profondément attaché, pour pouvoir faire mon travail.

Sauf accident, à partir du premier septembre 2009, vous pourrez me trouver chez MLState.

Universités : Ce printemps, la mode est à la grève

April 9, 2009 § 3 Comments

Note Ce billet est écrit au 67ème jour de grève des universités. Le gouvernement refuse toujours de négocier et s’avère de plus en plus violent : dernièrement, on a vu les forces de police charger violemment des étudiants et des enseignants-chercheurs parfaitement pacifiques pour les empêcher de sortir de leur campus et de rejoindre une manifestation. On a aussi vu le gouvernement proclamer le résultat d’un vote universitaire électronique près d’une semaine avant que le vote n’ait lieu. De nouvelles formes de contestation continuent à voir le jour. Attendez-vous à de la musique de rue, à du théâtre de rue, attendez-vous à des cours universitaires dans le métro, à des fausses contre-manifs et à des oraisons en grec. Attendez-vous aussi à des blocages de baccalauréat.

Il y a bientôt deux mois, l’université d’Orléans introduisait une collection peut-être un peu osée pour l’hiver, avec notamment des pancartes, des banderoles et quelques T-Shirts tels que :

Voici maintenant le grand début de la collection printemps :front1back

La ligne est prévue pour être portée tous les jours, dans la rue, dans les transports, dans les gares et peut-être même en cours. Des défilés de mode seront aussi organisés, à raison de un par semaine jusqu’à ce que le gouvernement accepte de négocier.

Vous aussi, vous souhaitez porter ces T-Shirts ? Alors voici tous les fichiers nécessaires pour pouvoir les imprimer. Vous pouvez les considérer étant dans le domaine public.

Les tubes d’avril

April 7, 2009 § Leave a comment

Note Ce billet est écrit au 65ème jour de grève des universités. Le gouvernement refuse toujours toute négociation et préfère les calomnies et les menaces administratives et physiques. Ceci est un appel au gouvernement : pour le moment, le mouvement est tenu par les pacifistes. Plus vous ignorez leurs revendications, plus vous les insultez, plus vous les humiliez, plus ils vont se retirer et céder la place à ceux qui sont prêts à faire ressortir leur frustration d’une manière beaucoup moins contenue que la nôtre. Nous tiendrons jusqu’au bout de nos forces mais il faudrait que vous preniez conscience de ce qui attend les rues de France lorsque vous serez arrivés à tous nous arrêter, nous envoyer à l’hôpital ou tout simplement à l’étranger.

Dans le domaine de la contestation, il y a de nombreuses manières de jouer l’escalade. Il y a ceux qui envoient quelques compagnies de Gendarmes Mobiles, de CRS voire d’agents de la Brigade Anti-Criminalité pour ouvrir le feu sur quelques étudiants en train d’organiser un happening dans un supermarché toulousain avec l’accord du gérant. Et il y a ceux qui préfèrent jouer ça en musique.

LRU, Le Rap Universitaire

Au bout de 65 jours, vous avez fini par oublier pourquoi les universités étaient en grève ? Alors jetez un œil à cette video et vous vous en souviendrez. Vidéo due aux étudiants de Marne La Vallée.

Princess of Clèves — Fac off

Vous aussi, vous trouvez que la Princesse de Clèves n’a pas assez souffert et qu’il faut en plus que notre Bien-Aimé Président de La République la mette à la rue et à l’alcool ? Alors faites ça en musique. Vidéo due aux enseignants-chercheurs de la Sorbonne, si j’ai bien compris.

Princess of Clèves — Paroles, Paroles

Une fois à la rue, que faire de la Princesse de Clèves ? Il faut lui promettre des Rolex, bien entendu, et sur un air de Dalida.

La Sorbonne en musique

Juste un peu de musique ? D’accord, écoutez-ça ici. Profitez-en pour compter le nombre d’agents de police et de gendarmerie qui tournent.

Sans musique cette fois

Si vous avez l’âme d’un latiniste, j’espère que vous avez déjà écouté les Darcolinaires de la Sorbonne.

Pourquoi les université sont (toujours) en grève

April 4, 2009 § 6 Comments

Note Ce billet est écrit au 63ème jour de grève des universités. Le gouvernement refuse toujours de négocier sur les questions de fond, préfère toujours recourir aux tours de passe-passe et aux insultes pour faire passer ses réformes, quand ce n’est pas directement aux coups de matraque.  D’après mes comptes, nous en sommes à 5 contestataires hospitalisés et une quarantaine arrêtés de manière semble-t-il arbitraire par les forces de l’ordre. À l’heure actuelle, le gouvernement joue le pourrissement et compte sur le sens de la responsabilité des enseignants-chercheurs pour arrêter la grève et permettre aux examens, au concours et au baccalauréat de se dérouler correctement. Ne soyez pas certains que cela arrivera.

Il y a pas loin de deux mois, j’écrivais un billet pour expliquer pourquoi les universités étaient en grève. Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts. Le gouvernement a même, à un moment, fait semblant de négocier et de revenir en arrière sur certains des points parmi les plus choquants de ses réformes. Et nous sommes toujours en grève, même si ce n’est pas toujours pour les mêmes raisons qu’en février.

Pourquoi ?

« Read the rest of this entry »

Le gouvernement décide de ne pas saborder l’Enseignement et la Recherche. Poisson d’avril.

April 1, 2009 § 2 Comments

Note Ce billet est écrit au 59ème jour de grève des universités. La grève va s’arrêter. Il ne reste d’ailleurs plus que quelques gauchistes obstinés. Le gouvernement n’est pas aveuglé par l’idéologie de l’affairisme. D’ailleurs, le gouvernement est prêt à négocier avec les enseignants-chercheurs et les personnels techniques sur les questions de fond. De toute manière, une majorité écrasante des enseignants, des chercheurs et des étudiants est pour la sélection par l’argent, la suppression de l’indépendance de la Recherche et surtout la bureaucratisation à tous les étages. Quant à la grève, il s’agit d’un phénomène franco-français. Enfin, il n’y a pas eu d’universitaires ni de collégiens arrêtés arbitrairement, brutalisés ou menacés, les chercheurs ne vivent pas quelque part entre la terreur d’être arrêtés, passés à tabac, ou juste interdits de Recherche et la colère à force d’être ignorés, insultés, menacés. Tout va bien. Poisson d’avril.

Dans un communiqué de presse daté de 9h ce matin, Valérie Pécresse a présenté ses excuses pour sa « méthode de communication et de négociation [...] peut-être un peu rapide » . La Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche a ajouté que, maintenant que les primaires de l’UMP étaient passées et que son avenir politique était assuré, elle aurait « enfin le temps d’étudier les dossiers [de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche]» et de « réfléchir à des manières alternatives de faire des économies dans les universités ». Elle a aussi assuré que le nombre de postes dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche allait être augmenté au cours de l’année 2009, notamment au moyen du recrutement de « 1.200 à 1.500 » anciens employés de Continental et de la Fnac récemment licencés, qui allaient être chargés d’établir les nouvelles maquettes d’enseignement en IUFM, puis, « après une évaluation indépendante », d’enseigner les sciences de l’éducation aux futurs enseignants du primaire et du secondaire.  Quelques précisions supplémentaires ont été apportées sur le sujet du contrat doctoral unique :  celui-ci vient d’être fusionné avec le projet de Contrat de Solidarité Active proposé par Martin Hirsch à l’horizon 2010. Enfin, Valérie Pécresse a assuré que « comme le demandaient depuis des années par les enseignants, les chercheurs et les doctorants, dont [elle comprend] les craintes », des antennes de la Gendarmerie Mobile seraient ouvertes « dans les UFR et les Écoles Doctorales  de France », Mayotte y compris, pour « garantir l’autonomie des universités » .

La majorité des syndicats a salué l’avancée notable et la « cohérence visionnaire » du projet présidentiel. Une manifestation spontanée de joie a été dispersée dans le calme à Tours.

« Read the rest of this entry »

Where Am I?

You are currently browsing the En français / In French category at Il y a du thé renversé au bord de la table.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 25 other followers