Journal d’un tire-au-flanc de chercheur (5) : Lundi, c’est ravi au lit.

February 16, 2009 § 1 Comment

Résumé des épisodes précédents

Le gouvernement a amplement raison, les chercheurs sont des glandeurs et ce qui manque pour les rendre plus productifs, c’est de devoir se justifier en permanence pour avoir le droit de faire de la Recherche. Au cours des épisodes précédents, nous avons suivi l’emploi du temps d’un enseignant-chercheur paresseux et, indirectement, de son enseignante-chercheuse fainéante d’épouse. Pas de chance, ils sont tous les deux malades, mais ce n’est pas ça qui va les empêcher de travailler glander : ils ont tous les deux des cours à préparer et des recherches à entreprendre.

Nous retrouvons notre anti-héros le lundi matin. Si tout se passe comme prévu, il ne va encore rien faire de sa journée.

Lundi 16 février

  • 8h – 9h15 (Pause) Lever, petit-déjeuner, tout ça.
  • 9h15 – 9h35 (Recherche) Les transports en commun, c’est comme les files d’attente : c’est un bon moment pour essayer de comprendre ce qu’ont fait d’autres chercheurs (français donc improductifs), dans le domaine qui me concerne.
  • 9h35 – 9h45 (Pause marche à pieds) Lire quand on marche à pied, c’est plus dur. Mais ce n’est que partie remise, j’arriverai  bien un de ces jours à bout de ces types existentiels ouverts.
  • 9h45 – 10h00 (Recherche) La réunion de travail n’a pas encore commencé, il est encore temps d’improviser une mini-réunion avec un collègue. Nous travaillons ensemble sur le développement d’un nouveau langage de programmation. Enfin, lui il travaille, moi, manifestement, puisque je suis français, je suis surfinancé et je glande.
  • 10h00 – 10h15 (Recherche) Mini-réunion de bilan.
  • 10h15 – 12h15 (Recherche) Le système de types du de programmation n’est pas encore au point. Pour ceux qui connaissent, il y a  encore des problèmes avec la surcharge, en particulier avec la surcharge implicite. Et pour ceux qui ne connaissent pas, ben forcément, ça ne veut rien dire.
  • 12h15 – 12h35 (Recherche) Tel que c’est parti, pour avancer sur le sujet, il va falloir que je lise un autre article. C’est toujours un article d’un chercheur français donc poussiéreux et fainéant.
  • 12h35 -12h50 (Recherche) Ah, petit brainstorming avec un autre collègue, qui aimerait mon avis sur la meilleure manière d’implanter les enregistrements polymorphes extensibles.
  • 12h50 – 13h05 (Administration) Je réessaye de faire avancer l’ANR. C’est terrible comme ces trois lettres suffisent à me gâcher une journée de travail.
  • 13h05 – 13h15 (Recherche) Mettons un peu par écrit quelques idées sur le typage du langage.
  • 13h15 – 13h57 (Pause) Déjeuner avec les collègues, parler politique, mentionner la Princesse de Clèves, c’est le train-train quotidien du chercheur paresseux.
  • 13h57 – 14h30 (Recherche) Suite de la mise par écrit d’idées sur le typage.
  • 14h30 – 14h40 (Pause) Gasp, une inondation chez moi, il va falloir que je rentre d’urgence.
  • 14h40 – 15h00 (Recherche) Urgence ou pas urgence, pas moyen de faire avancer les transports en commun plus vite que la musique. Du coup, pendant que l’eau coule, les types existentiels s’ouvrent.
  • 15h00 – 16h20 (Pause) Éponger, bricoler, écoper, souquer, branle-bas de combat.
  • 16h20 – 18h40 (Recherche) Un peu moins d’eau, ça donne le temps de continuer à taper le système de types du langage.
  • 18h40 – 20h15 (Pause) L’air du large, ça ouvre l’appétit.
  • 20h15 – 22h20 (Recherche) Le système de types, toujours le système de types. Là, pour le moment, j’en suis à taper des exemple du système de modules, qui est parti pour être un peu complexe.
  • 22h20 – 23h10 (Enseignement/Recherche) Suffisamment de système de types pour aujourd’hui. Je vais programmer un peu de OCaml Batteries Included pour me détendre.
  • 23h10 – 00h10 (Pause) Trop crevé, je n’arrive plus à bosser.
  • 00h10 – 6h20 (Dodo)

Bilan du lundi

  • 7h38 de travail
  • 7h12 de pause, repas et douche compris
  • quelque chose comme 45 minutes consacrée à cette auto-évaluation, prise sur le travail et les pauses
  • 6h25 de sommeil.

La suite au prochain épisode

Tagged: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

§ One Response to Journal d’un tire-au-flanc de chercheur (5) : Lundi, c’est ravi au lit.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

What’s this?

You are currently reading Journal d’un tire-au-flanc de chercheur (5) : Lundi, c’est ravi au lit. at Il y a du thé renversé au bord de la table.

meta

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 33 other followers

%d bloggers like this: