Ah ma bonne dame, il n’y a qu’en France qu’on voit ça

November 22, 2007 § 2 Comments

« Vous avez vu ? Les fonctionnaires manifestent encore !
– Ah, ça, ma bonne dame, ne m’en parlez pas. Tous des privilégiés ! Ils peuvent pas être virés, ils sont payés à ne rien faire de leurs dix doigts et en plus il nous prennent en otage, nous qui travaillons.
– Il n’y a qu’en France qu’on voit ça, des trains paralysés.
– Ça, c’est bien vrai. En Allemagne ou dans le Nord, au moins, les gens y travaillent.
– C’est pour ça que tous les jeunes, ils partent en Angleterre ou je ne sais où. C’est parce que là-bas, on a le goût du travail. »

 

Cette discussion, je l’ai (encore) (presque) entendue aujourd’hui dans le train. Avec en moyenne un lieu commun par réplique, chacun amplement confirmé par la télévision, elle ne peut pas être tout à fait fausse, non ?

 

Confirmons cela point par point.

 

Vous avez vu ? Les fonctionnaires manifestent encore !

Oui, les fonctionnaires manifestent. Savez-vous pourquoi ? Ils manifestent contre la privatisation en cours d’EDF-GDF (commencée), de la Poste (commencée), de France Télécom (bien avancée), des collèges (annoncée en douce), du bac (repoussée), des universités (passée sous le nom “liberté et responsabilité” ou “autonomie” des universités). Ils manifestent contre la suppression de la justice de proximité (commencée), la réforme qui réserve la justice à ceux qui peuvent payer un avocat (annoncée), la réforme qui réserve la santé à ceux qui peuvent se la payer (en cours), contre les impôts qui augmentent pour les pauvres et les retraités (en cours) alors qu’ils diminuent pour les riches (c’est fait) et les entreprises (c’est fait et ça va continuer), contre un regroupement familial réservé à ceux qui peuvent se payer des tests d’ADN (c’est fait), contre les expulsions d’enfants et d’étudiants étrangers lorsque ceux-ci n’ont pas d’assez bonnes notes (vu et revu), voire même s’ils ont des bonnes notes (vu aussi). Une fois que toutes ces réformes seront appliquées, nous vivrons dans une société rigide et thatchérisée dans laquelle les riches auront des droits, les classes moyennes auront leurs yeux pour pleurer et les pauvres auront la télévision. C’est en premier lieu contre cette France nouvelle que les fonctionnaires manifestent.

 

Ils manifestent aussi, mais c’est presque anecdotique, contre le fait qu’on va augmenter leur temps de travail (annoncé), diminuer leurs retraites (bien avancé), leur supprimer le droit de grève (bien avancé), progressivement supprimer les CDI dans la fonction publique (clairement annoncé), remplacer les concours publics égalitaires par un système d’embauche arbitraire institutionnalisant le copinage (bien commencé), diminuer leurs moyens de travail (en cours), le tout bien entendu sans contrepartie salariale (jusqu’à preuve du contraire). Franchement, à leur place, vous ne grogneriez pas un peu aussi ?

 

Ils manifestent enfin contre cette communication du mépris, cultivée par le gouvernement en place, et dont les médias renvoient à la figure des fonctionnaires leurs soi-disants « privilèges ». Contre ces soi-disantes « discussions » et « négociations », qui n’existent que dans les communiqués de presse, contre ces soi-disants « fonds débloqués » pour [acheter] les étudiants, qui ont été pris sur le désamiantage des locaux universitaires, contre ces soi-disantes « augmentations du budget de la recherche », qui cachent en fait une diminution. Comme les médias sont fermés aux boucs-émissaires du pouvoir en place, il ne reste que la rue.

Tous des privilégiés ! Ils peuvent pas être virés !

Pour ce billet, je tâcherai de ne pas m’étendre sur les soi-disants privilèges des fonctionnaires — je noterai juste brièvement que je suis fonctionnaire (non titulaire) depuis l’âge de 20 ans, qu’il m’a fallu attendre les 29 ans pour avoir mon premier CDI, après être passé par 3 statuts de CDD différents, 3 concours de très haut niveau réussis, 6 stages et 2 formations, le tout réparti sur 6 villes et 3 pays et pour l’essentiel en parallèle avec mes études. Encore, j’ai de la chance, j’ai beaucoup de collègues qui en sont encore à accumuler les CDD d’un an non renouvelables — toujours dans le secteur public — ou qui ont fini par décider d’abandonner tout ce pour quoi ils ont travaillé une dizaine d’années et sont devenus professeurs en ZEP ou sont partis dans le privé, voire à l’étranger.

 

En attendant, j’ai atteint bac+9 (bac+11 si vous comptez les stages) et je suis payé environ moitié moins que quelqu’un moitié moins formé que moi. Ah, et au passage, comme tous les docteurs en sciences, je suis un des meilleurs spécialistes mondiaux sur un sujet pointu — précisons que, en France, je ne peux exercer ces compétences que dans le secteur public. Une fois que la LRU sera appliquée, beaucoup de mes collègues ne pourront plus du tout exercer en France, puisque — notre bien-aimé président l’a annoncé — dans certains domaines, le budget sera réduit à zéro.

Ils sont payés à ne rien faire !

La fonction publique rassemble un grand nombre de professions sans aucun lien, depuis les facteurs jusqu’aux ingénieurs de la SNCF en passant par les enseignants-chercheurs. Je ne peux m’exprimer qu’au nom de ces derniers. Un enseignant ou un enseignant-chercheur travaille fréquemment 50h par semaine, week-end et vacances y compris, payées 35h. Pour les facteurs, je vous renvoie à un entretien avec un facteur sur cecicela.com, qui indique des emplois du temps également surchargés.

Il n’y a qu’en France qu’on voie ça, des trains paralysés

Tiens donc ? Alors j’imagine que la grève des cheminots en Allemagne, qui a paralysé le trafic ferroviaire durant deux semaines, est tirée de mon imagination. Tenez, vérifions les statistiques…

 


Statistiques 1998-2004, JINT = Journées Individuelles Non Travaillées
(source Action-Critique-Médias)

 

C’est-à-dire, voyons, environ six fois moins de grèves en France qu’au Danemark, deux fois moins qu’en Norvège et un peu moins qu’en Finlande. N’est-ce pas, ma bonne dame ?

 

Petite remarque au passage : il me semble d’ailleurs que le gouvernement, sans trop de difficultés, pourrait modifier le droit de grève de manière à cesser de pénaliser les usagers des transports en commun. Je ne parle pas du service minimum, qui revient sur le droit de grève, mais d’autoriser les grévistes à délivrer gratuitement les billets ou à annoncer qu’il n’y aurait pas de vérifications des titres de transport. Mais il faut croire qu’il est plus rentable de pourrir la situation afin de pouvoir la résoudre.

C’est pour ça que tous les jeunes, ils partent en Angleterre ou je ne sais où.

La politique du gouvernement en place au sujet de la Recherche et de l’Enseignement, tout comme celle des quelques gouvernements précédents, est absurde. Au nom de la rentabilité, on va cesser de financer les études et les recherches, comptant sur les entreprises pour fournir les fonds nécessaires — ce qui arrivera peut-être dans certains thèmes de l’informatique ou des biotechnologies, probablement beaucoup moins en lettres, en histoire ou dans la recherche fondamentale.

 

Si un jour je dois quitter la France pour des raisons liées au travail, ce sera parce que le gouvernement aura ainsi décidé que je ne sers à rien. J’ai des collègues qui l’ont déjà fait.

Ah ma bonne dame, il n’y a qu’en France qu’on voit ça

À qui le dites-vous, mon bon monsieur. Des échanges aussi plein de clichés ridicules, il n’y en a pas en Allemagne ou en Angleterre, ils sont sérieux, là-bas. Non ?

Tagged: , , , , , , , , , ,

§ 2 Responses to Ah ma bonne dame, il n’y a qu’en France qu’on voit ça

  • BLANCON says:

    En fait, la France est en Europe un des pays ou les theses néo libérales ont le plus de crédits par la main mise sur les médias de toute nature…et par une démission d’une partie de la gauche française rallié aux ors de la République.

    On ne réfléchit plus on consomme même, et surtout, si c’est culturellement sans profondeur.

    ALORS TOUT CE QUI CONCERNE LA RECHERCHE PEUT ÊTRE DANGEREUX POUR CEUX QUI NOUS GOUVERNENT.

  • Mathieu says:

    Merci pour ce billet d’utilité publique, c’était un réel délice.
    http://blogs.chuila.net/mathieu/?p=231 pour avoir une note assez similaire avec la votre.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

What’s this?

You are currently reading Ah ma bonne dame, il n’y a qu’en France qu’on voit ça at Il y a du thé renversé au bord de la table.

meta

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 33 other followers

%d bloggers like this: